Étudiants gradués

Si vous souhaitez poursuivre des études supérieurs ou un doctorat en lien avec MAVIPAN à l’Université Laval, merci de nous contacter à mavipan.ciussscn@ssss.gouv.qc.ca.  Plusieurs de nos chercheurs offrent des opportunités dans différents domaines (par ex. en épidémiologie, santé publique, psychologique, travail social, réadaptation, ergothérapie).

Étudiants dont les projets s’inscrivent dans MAVIPAN


Brault-Tremblay, Camille
Maîtrise en épidémiologie à l’Université Laval sous la direction d’Annie LeBlanc

Camille Brault Tremblay
Camille Brault Tremblay

Camille est originaire du Saguenay. Elle détient un baccalauréat en mathématiques, options statistiques, de l’Université de Montréal depuis 2020 et complète présentement sa maîtrise en épidémiologie à l’Université Laval. Son projet vise à évaluer les effets de la crise de la COVID-19 sur la santé mentale de parents d’enfants dans la petite enfance durant la première année de la pandémie au Québec. Les parents de jeunes enfants sont particulièrement touchés par les restrictions gouvernementales étant donné la transition vers le télé-travail, la fermeture des garderies durant les premiers mois et le confinement qui diminue le support des proches. Tous ces facteurs peuvent participer à augmenter la charge mentale des parents de jeunes enfants et ainsi affecter potentiellement leur santé mentale.


Déry, Marie-Pier
Maitrise en sciences cliniques et biomédicales de l’Université Laval sous la direction de Pre Annie LeBlanc

Marie-Pier Déry
Marie-Pier Déry

Marie-Pier est originaire du Saguenay, ayant des racines aux Iles-de-la-Madeleine. Elle est étudiante graduée d’un baccalauréat en psychologie à l’Université du Québec à Chicoutimi en 2020. Son projet vise à évaluer l’impact de l’isolement social sur les fluctuations de symptômes anxieux et dépressifs chez les jeunes adultes québécois (18-24 ans) entre avril 2020 et avril 2021. Au Canada, trois-quarts des 18-24 ont affirmé que la pandémie a eu des effets négatifs sur leur santé mentale et il a été démontré que l’isolement peut contribuer à une série de problèmes de santé mentale comme l’anxiété et la dépression. Étant donnée la périodicité et la durée des mesures d’isolement social imposées par la pandémie de COVID-19, il est probable que celles-ci aient un impact particulièrement important pour les jeunes adultes en ces temps particuliers.


García de Paredes, Pablo
Doctorat en Architecture, Université Laval, sous la direction de Carole Després, PhD.

Pablo Garcia de Paredes
Pablo Garcia de Paredes

Pablo est originaire du Panama, il est architecte diplômé de l’Université de Belgrano à Buenos Aires, Argentina, MBA et a récemment complété son doctorat en sciences humaines et sociales à l’Université du Panama. Son projet étudie l’influence de l’architecture domestique et de l’utilisation de la technologie numérique sur les adaptations des ménages, pendant la pandémie de Covid-19 à Québec. L’intention du projet est d’informer la politique d’habitation afin d’améliorer la qualité de vie de la population. Il cherche à étudier l’interaction entre l’environnement bâti et les technologies de communication, et leur influence ultérieure sur le comportement.


Paulet, Anaëlle
Maîtrises simultanées en Aménagement du territoire et développement régional et en Design urbain à l’Université Laval sous la direction de Carole Després

Anaelle Paulet
Anaëlle Paulet

Anaëlle vient de Bretagne, en France où elle a effectué deux Licences (baccalauréat), une en Éducation physique et une en Géographie-Aménagement. Arrivée pour la Maîtrise à l’Université Laval en 2019, elle a gradué en ATDR en 2021 et termine sa M. Sc. en design urbain actuellement. Son projet vise à comprendre les relations entre les mesures sanitaires mises en place pendant la crise de COVID-19, la pratique d’activité physique des habitants de Québec et les caractéristiques de leur environnement bâti. Avec la fermeture des salles de sport et de nombreux lieux de travail, l’interdiction de se regrouper et la mise en place du télétravail, les habitudes de déplacement et de pratique physique de chacun ont été bouleversées. Les seuls lieux disponibles pour y remédier sont alors le domicile et les espaces publics extérieurs. L’aménagement et l’accessibilité à un milieu à fort potentiel de marchabilité procurerait une meilleure chance de maintenir ou d’augmenter une activité favorable à la santé physique.


Pierre, Stephie
Maîtrise en épidémiologie à l’Université Laval, sous la direction de Dr. Richard Fleet

Stephie Pierre
Stephie Pierre

Originaire de la région d’Ottawa-Gatineau, Stephie a obtenu un baccalauréat en sciences sociales spécialisé en développement international et mondialisation à l’Université d’Ottawa. Elle a choisi l’Université Laval pour poursuivre ses études supérieures avec le soutien de la Chaire de recherche et d’innovation en médecine d’urgence. Son projet de recherche vise à dresser le profil psychosocial des communautés rurales durant la pandémie de la COVID-19 et d’identifier les déterminants ayant un effet sur la santé mentale de cette population. Les circonstances de la pandémie peuvent avoir exacerbé les disparités existantes en matière de santé mentale. Dans ces circonstances, il est crucial de bien comprendre les répercussions que cette pandémie aura sur la santé mentale et le bien-être des communautés rurales et proposer des stratégies qui répondront à leurs besoins uniques.


 

Sinan, Kouadio Ibrahime
Maîtrise en épidémiologie en faculté de médecine de l’Université Laval, sous la direction de Dr. Richard Fleet

Kouadio Ibrahime Sinan
Kouadio Ibrahime Sinan

Kouadio achève un doctorat en biologie de l’université Selcuk (Konya – Turquie) et détient un master de génétique et amélioration des espèces de l’Université Felix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire). Son projet, qui bénéficie d’une bourse de la chaire de recherche en innovation et médecine d’urgence, vise à dresser le profil de la zone rural Québécoise au prisme du bien-être et de la solitude, à évaluer le soutien social perçu et à identifier les stratégies d’adaptation de ses populations durant la pandémie COVID 19. Les résultats de ce projet permettront d’identifier la/les stratégies d’adaptation associées au bien-être des communautés rurales et de mettre en exergue le lien entre le niveau de satisfaction du soutien social et le niveau du sentiment de solitude chez les habitants de ces communautés.


Svyntozelska, Olha
Maîtrise en épidémiologie à l’Université Laval sous la direction de Pre Annie LeBlanc

Olha Svyntozelska
Olha Svyntozelska

Olha est originaire d’Ukraine et détient un doctorat en médecine de L’Université́ d’État de Médecine de Zaporijjia (Ukraine) depuis 2021. Son projet vise à évaluer l’effet des mesures restrictives pendant la pandémie COVID-19 sur l’équité d’accès aux soins et services de santé pour les personnes vivant avec une ou plusieurs maladies chroniques. Étant donné le ralentissement des certains services médicaux, les personnes avec une ou plusieurs maladies chroniques semblent avoir été particulièrement touchées par les mesures restrictives de la pandémie. Les résultats de ce projet permettront de développer et mettre en place des mesures efficaces offrant la population vulnérable, notamment les individus avec une ou plusieurs maladies chroniques, d’avoir un accès aux ressources appropriées selon leurs besoins.


Voyer-Perron, Pascale
Maîtrise en psychologie de l’Université Laval sous la direction de Marie-Hélène Gagné

Pascale Voyer Perron
Pascale Voyer Perron

Pascale est originaire de l’Abitibi, mais a adopté Québec pour poursuivre ses études supérieures. Elle est étudiante graduée du baccalauréat en psychologie à l’Université Laval en 2021. Dans son projet, elle s’intéresse à l’évolution des conduites parentales violentes et du soutien social disponible aux parents entre le printemps 2020 et 2021. La pandémie et les périodes de confinement qui y sont associées créent un contexte propice aux tensions au sein de la bulle familiale et à l’isolement des familles de leur réseau social. Dans ces circonstances, l’adaptation des parents pourrait être plus difficile et affecter leurs comportements envers leur enfant.